Rechercher dans ce blog

vendredi 11 mai 2012

POEME POLITIQUE


  Cela est fort joliment écrit.
 
>

> > > > > on pourrait citer Jean de LA FONTAINE
 
>
 Voilà plus de quatre ans qu'un coq en rien gaulois
> > > > > Gouvernait sans partage et imposait sa loi.
> > > > >  

> > > > > 
Nombre de volatiles n'osaient le contredire
> > > > > Bien qu'il fut bas sur pattes, c'est le moins qu'on puisse dire.
> > > > >  

> > > > > 
D'origine hongroise, ce coq trop agité
> > > > > Ne laissait à personne le soin de décider.

> > > > >
> > > > > 
Oui mais dans quelques mois il faudrait bien choisir
> > > > > Un chef pour la basse-cour. Qui allait-on élire ?
> > > > >  

> > > > > 
« On ne veut plus du coq, il nous a affamés
> > > > > Gardant le blé pour lui et pour tous ses poulets »
> > > > >  

> > > > > 
Disaient les pensionnaires de notre basse-cour.
> > > > > « Voyons un peu pour qui voter au premier tour.»
> > > > >  
> > > > > Trouver un prétendant n'était pas chose aisée,
> > > > > On le voulait plus grand, pas trop mou et racé.
> > > > >  
> > > > > Une faisane royale aux dernières élections
> > > > > Avait perdu des plumes dans cette confrontation
,
> > > > >  
> > > > > 
D'ailleurs perdu aussi la confiance de ses potes
> > > > > Qui cherchaient quelqu'un d'autre pour battre le despote.
> > > > > 
> > > > > Un jars avait la côte, vieux mâle grisonnant ;
> > > > > Dominer et niquer, tel était son passe-temps.
> > > > >  
> > > > > Partout, dans chaque recoin, on le voyait le soir
> > > > > Sauter toutes les oies, qu'elles soient blanches ou noires.
> > > > >
> > > > > « Pas question de le prendre, il pense trop à la chose.
> > > > > Qu'il aille se faire soigner, que nos oies se reposent »
> > > > > 
> > > > > Clamait un fier dindon venu droit de Hollande
> > > > > Qui jurait d'exaucer jusqu'aux moindres demandes.
> > > > >
> > > > > Il avait réussi à se débarrasser
> > > > > D'une grosse dinde chti qui voulait s'imposer
> > > > >
> > > > > En cherchant le soutien des poules et des faisanes
> > > > > Par l'interdit des œufs de plus de trente-cinq grammes.
> > > > >  
> > > > > Ce Dindon courtisait une cane colvert.
> > > > > Migratrice, elle venait d'un pays où l'hiver
> > > > >  
> > > > > Est plus rude qu'en France et pour son grand bonheur
> > > > > Avait mis hors combat un pigeon voyageur.
> > > > >
> > > > > Au demeurant jolie, elle jugeait qu'il fallait
> > > > > Pour pouvoir l'emporter promettre aux poulets
> > > > > 
> > > > > Nourriture plus saine, une vie plus aisée,
> > > > > Mais sans OGM et blé labellisé.
> > > > >  
> > > > > Le Dindon disait oui mais en réalité
> > > > >  C'était juste pour lui prendre les voix qu'il convoitait.
> > > > >  
> > > > > Et pour tout perturber, voila qu'un vieux poulet
> > > > > Qui avait trépassé, était ressuscité.
> > > > >  
> > > > > Prétextant qu'il avait ainsi côtoyé Dieu,
 
>
 La place de dirigeant, il appelait de ses vœux.
> > > > > 
> > > > > Ajoutez à ceux là une sorte de poule d'eau,
> > > > > Une espèce marine qui parlait fort et haut
> > > > >  
> > > > > Et voulait qu’Allah sorte de son poulailler
> > > > > Mettre les poules tête nue qui avaient immigré.
> > > > > 
> > > > > « Elles viennent nous envahir et manger notre blé
> > > > >   Si on les laisse faire, nos cous elles vont
 plumer.
> > > > >  
> > > > > Renvoyons les chez elles à coups de pieds aux cul(te)s, !»
> > > > > Tels étaient les propos de notre gallinule.
> > > > >  
> > > > > Il y en aura bien d'autres d'ici les élections,
> > > > > Candidats qui voudront susciter des passions,
> > > > > 
> > > > > Des paons et des canards essayant de faire croire
> > > > > Que dans la basse-cour il faut reprendre espoir,
> > > > >  Que le bonheur est là, juste à portée de patte.
> > > > > Vous y croyez vraiment ? Mais que vous êtes tartes !
> > > > > 
 

1 commentaire:

  1. J'ai adoré ce poème !!!

    Une admiratrice anonyme.

    RépondreSupprimer