Rechercher dans ce blog

mercredi 10 septembre 2014

36 QUAI DES ORFEVRES

     Quel nom porte la voyoucratie en France ?

                                                        L INTRODUCTION DE BBR


     Eh oui, on pourrait parler de stupéfaction, mais il n en est rien, les voyous existent aussi dans la police, on les appelle souvent les ripoux -


     En peu de temps plusieurs affaires ont sonné  à notre  porte,    nous avons eu : 


Les «ripoux» de la BAC nord de Marseille devant le conseil de discipline

     Les policiers, qui risquent la révocation, se défendent et demandent l'ajournement des sanctions administratives. «Nous préférons attendre les décisions de la justice», explique Jean-Marie Allemand, secrétaire zonal du syndicat Alliance.


     Un an après le coup de tonnerre de l'affaire de la BAC nord de Marseille, les six policiers sur lesquels pèsent les plus lourdes charges doivent encore répondre de leurs actes. Mis en examen par la justice, qui instruit toujours le dossier de vols et extorsions en bande organisée sur des dealers, et accusés par leur administration d'une série de fautes déontologiques, notamment la rémunération d'informateurs avec du cannabis, ils sont convoqués jeudi et vendredi devant le conseil de discipline

     Ils risquent la révocation alors que la justice les a remis en liberté après six semaines de prison provisoire et qu'ils ont été réintégrés dans des services de police en dehors du département des Bouches-du-Rhône. 

     Mais ce tribunal interne pourrait bien être empêché de se prononcer. Deux des principaux syndicats de policiers, SGP Police FO et Alliance, ont écrit à leur ministre, Manuel Vallspour demander le report de ce conseil. 

     D'ores et déjà, ils ont prévu de pratiquer la politique de la chaise vide. «Nous préférons attendre les décisions de la justice avant des sanctions administratives», explique Jean-Marie Allemand, secrétaire zonal d'Alliance.

      «Le fait de passer au pénal permet de dédramatiser et de mieux se défendre car il peut s'avérer que certaines écoutes se révèlent illégales ou des retranscriptions uniquement à charge», ajoute le syndicaliste.

                          PUIS L AFFAIRE DU SUPER FLIC DE LYON Michel NEYRET




     Ultra charismatique, respecté de tous, fort caractère. Michel Neyret, directeur adjoint de la police judiciaire de Lyon a été interpellé et mis en examen à la surprise générale pour trafic de drogue à l'échelle internationale, il est aussi soupçonné d'entretenir des liens étroits avec le grand banditisme. Actuellement entendu à Paris, "il conteste les faits" a fait savoir son avocat.
     Ce super flic, M6 avait récemment choisi de le mettre en avant dans un sujet justement consacré au grand banditisme comme l'a relevé notre confrère Rue89.com. Diffusé le 4 septembre sur la chaîne en prime, il était présenté aux téléspectateurs de cette manière : "Michel Neyret met les voyous en prison, un incorruptible, un flic à l'ancienne, c'est la réputation du numéro deux de la police judiciaire de Lyon. Trente ans de carrière à traquer les truands. Il sait tout de la cartographie du grand banditisme de sa ville."


                    Puis l affaire du viol de la Canadienne 
               dans les locaux du 36 quai  des orfèvres avec 






     Sommes nous devenus fous,  pour connaitre de telles infos, entre nos politiques qui magouilles et sont traduits en justice (pour pas grand chose comme peine) entre les vrais criminels et délinquants et qui sont souvent rapidement relâchés afin de pouvoir récidiver rapidement, et notre police qui jouent les ripoux, on a l impression de vivre dans un autre monde, sur une autre planète,  ou bien pourrait il s agir d un cauchemar........ mais non au réveil, la réalité est bien là. L information confirme.

     Toutes ces affaires sont elle dues aux exemples que nous avons de nos donneurs de leçons que sont nos politiques ? Sont elles dues à l aspect financier qui rapporte plus qu en travaillant honnêtement ou au fait qu il n y a plus de justice et  que ceux qui doivent assurer notre sécurité, courir après les voyous,  se croient au dessus des lois. Je pense qu il y  a un ensemble des trois





     Le 10 août 2014

     Voir disparaître 52 kg de cocaïne au 36, quai des Orfèvres, c’est un peu comme si on apprenait la disparition de 52 kg d’or à la Banque de France, 52 kg de documents secrets à la DGSE ou la disparition des codes nucléaires à l’Élysée !

     Comment un tel stock a-t-il pu disparaître d’un coffre-fort protégé ? On apprend que des doubles de clés circulaient, que le code n’avait pas changé depuis des années et que le patron de la brigade avait demandé à plusieurs reprises une vidéosurveillance de l’endroit. En vain.

     Quelques semaines auparavant, un quarteron de fonctionnaires s’étaient vu gratifier les faveurs d’une belle dans les mêmes locaux. Pour un peu, on l’aurait vu sur YouPorn. Ils voulaient être César, ils ne furent que Pompée…

     Le « 36″ est-il un moulin ou un donjon de dragons et de sortilèges, mystères et portes dérobées ? Il est possible à des fonctionnaires d’entrer avec une conquête d’un soir, et à d’autres d’en sortir avec armes et bagages sans que ni le factionnaire de la poterne, ni personne ne s’en inquiète. Avouez-le, c’est… stupéfiant ! De quoi donner des idées aux émules de Ben Laden.

     Rassurez-vous, braves gens, on a cueilli un lampiste en vacances au camping, en tongs et avec 20.000 « balles » en liquide dans sa banane, en train de faire ses emplettes en famille dans le sud de la France.

     Un peu comme dans l’affaire Toni Musulin dont on cherche toujours les 2,5 millions d’euros manquants sur les 11,6 millions volés. Ici, il manque juste le produit de la « vente », estimé entre 2,5 et 7 millions d’euros.

     Bon, un mec tout seul qui fait le coup, ce n’est pas crédible. 52 kg, c’est lourd à trimballer dans des poches Prisunic. On a bien cherché et trouvé un autre lampiste.

     Le populo se laisse aller à penser que la justice serait inefficace en France (sauf pour les caricatures de singes), mais si la police l’était aussi? Et si une puissante mafia avait pénétré les rouages de l’État et du pouvoir, jusqu’au saint des saints du quai des Orfèvres, si des hommes liés par le secret et un serment à la mort pouvaient s’organiser entre eux pour vivre du pouvoir et en retirer des subsides sous toutes ses formes, en nature, en « prélevant à la source », en se nichant fiscalement ou se subventionnant diversement ?

     Le tout sur le dos de l’ouvrier, de l’artisan et du commerçant. Le PIB le plus élevé du monde n’est ni la Suisse, ni les îles Caïmans, mais le département des Hauts-de-Seine (rapporté au nombre de ses habitants).

     La France, l’un des pays les plus riches et plus puissants du monde, peine à boucler ses fins de mois avec des budgets à 4 % de déficit, plus de 12 % de chômeurs et une croissance autiste, alors que tous ses voisins se redressent… Pas besoin de sortir d’HEC pour comprendre qu’il y a un souci. Où est l’argent ?

     Quel genre de gestionnaires est aux manettes ? Ah pardon, vos dirigeants vont vous expliquer que la France, c’est trop petit, qu’à l’heure de la mondialisation, blablabla…

     L’Italie a ses mafias, le Japon ses yakusas, la Russie ses bratvas, l’Amérique du Sud ses cartels et les États-Unis ses gangsters : quel nom porte la voyoucratie en France ? À quand l’opération mains propres ?

15 commentaires:

  1. Comment commenter de telles situations ,dans quelle société vivons nous ? A qui peut on encore faire confiance? Nos politiques nous trahissent, notre police joue les voyous en voulant se remplir les poches au même titre que ceux qu ils traquent, Notre justice pense plus aux délinquants qu aux victimes. Tout le monde nous ment et nous .... NOUS ON DIT RIEN, ON SUBIT ET ON PAYE. Ras le bol

    La Normande

    RépondreSupprimer
  2. Bravo BBR, on sort des musulmans et de la politique, un peu la police, normal, il s agit de notre sécurité et lorsque l on voit ça on s inquiète.

    Heureusement qu il s agit la d une minorité, mais je me méfie de la contagion, chez les politiques elle existe, j espère qu elle n atteindra pas nos élites de la police , ni même la gendarmerie.
    Oui La Normande. A qui faire confiance de nos jours ? Même les grandes surfaces nous truandes avec leurs prix et leurs promotions factices.

    Nicole PLEY


    RépondreSupprimer
  3. On devait bien s attendre a un article comme celui ci à un moment ou un autre, nous avons eu la cerise sur le gâteau avec cette drogue qui disparaît alors qu elle est placé dans un leu des plus sécurité.

    La question que je me pose c est pourquoi la conserve t on aussi longtemps et n est t elle pas détruite ? Un échantillon suffirait pour les analyses. Il s agit la du supplice de tantale sachant le bénéfice qui peut être réalisé par sa vente est énorme. Et là on trouve vite des clients.

    Hé oui, nous vivons dans un monde ou seul l argent compte, et où chacun veut le gagner le plus simplement et le plus rapidement possible, peut importe les moyens. Tout simplement laborieux.

    André BERGERAC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui André, votre question est pertinente, pourquoi garde t il autant de drogue dans leurs locaux. On tente en effet le diable avec ce que la drogue rapporte.

      Il est en effet impensable qu un homme seul ai pu faire des aller et retour pour sortir la drogue de son emplacement sans que personne ne remarque rien et ne signale rien au moment des faits.

      Notre 36 quai des orfèvres serait il devenu un morceau de gruyère ou on viole et on vole.

      Nathalie

      Supprimer
  4. Tout simplement inadmissible. On ne peut même plus avoir confiance à la police. C est vrai qu il s agit là d une minorité mais autant d affaires en si peu de temps c est quand même inquiétant.

    C est évident que le fric pourri tout, le sale surtout, celui provenant de la drogue, des cambriolages, des trafics en tout genre, du blanchiment, escroqueries, mais le pire c est la circonstance aggravante qui fait que vous commettez l acte délictueux alors que vous êtes chargés d en assurer la sécurité.

    La fonction facilite les choses mais elle doit être d autant plus condamnable si les faits sont avérés.

    Jean BOUVARD

    RépondreSupprimer
  5. Comment peut on en arriver là ? Comment des hommes chargés de faire respecter la loi peuvent ils se compromettre à se point, même des super flic. Quelle image donnent ils de nos représentants de l ordre ? Quelle morale et enseignement doit on en tirer ? De nombreuses questions se posent.

    Nos politiciens véreux, nos policiers ripoux, du soucis à se faire.

    Z@vor

    RépondreSupprimer
  6. Stupéfiant! Et lorsque s'ajoute une affaire de drogue dans un haut lieu tel que le 36 quai des orfèvres, c'est doublement stupéfiant! On attend de ceux qui dirigent le pays beaucoup d'honnêteté et de rigueur. Egalement de la part de la Police ou de la Gendarmerie.

    Pour en revenir à ce jeune brigadier, soit disant brillant qui nous a fait la une pendant quelques jours, cet été, il faut être très sûr de soi pour penser ne pas se faire "piquer" ou être grisé par un objectif. Une erreur de jeunesse?
    Très fort, pour résister à l'IGPN qui l'a cuisiné assez durablement, il semblerait qu'il ait sa stratégie d'après l'article ci-dessous "je ne tomberai pas seul" aurait-il dit. Cela peut relever du secret professionnel mais quelques mystères demeurent pour la famille, formation au Quatar et mission de surveillance en Espagne.

    Monique

    http://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/36-quai-des-orfevres-Un-brigadier-au-dessus-de-tout-soupcon-580594

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce changement d information, celle là aussi est nécessaire, il est certains que de nos jours ce genre d information est davantage médiatisé.

    Il y a toujours eu des ripoux, et il y en aura surement toujours, ce qui choque, c est que les super flics s y mettent aussi, les motifs invoqués, pour d autres le secteur de l inattention, le laisser allez, comme si on se foutait de tout, ignorant les conséquences, la gravité de l acte par rapport à sa profession qui doit être irréprochable.

    Malgré ces faits divers importants, j ai confiance en la police, et en la
    gendarmerie, des mauvaises graines il y en a partout, les autres bossent procèdent aux interpellations avec un certain écœurement de voir la justice les relâcher aussitôt.

    Olivier TREQUEL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison Olivier, des brebis galeuses il y en a partout. Tout le monde veut gagner beaucoup d argent facilement ( thévenou en sait quelque chose et tous les politiciens aussi) les tentations sont grandes. On se laisse vite prendre au jeu, on se laisse entraîner et l affaire est dans le sac.

      Combien y a t ils de policiers qui sont tenter par ce fric sale, et combien résistent. Le pourcentage de ripoux connus est faible.

      En politique ils sont tous mauvais, dans la police quelques uns.

      Alice

      Supprimer
    2. Oui Olivier je suis d accord avec vous, et avec Alice aussi,nous avons besoins de nos services de sécurité , Comme partout, il y a les bons et les mauvais sauf en politique ou il n y a que les mauvais.

      C est vrai que toutes ces affaires ne peuvent pas laisser indifférents et que les honnêtes gens se posent beaucoup de questions et on ne peut pas leur donner tord. On ne sait plus à qui se fier de nos jours.

      Le problème est que ce genre de situation risque d évoluer et se propager partout. Les mauvaise exemples sont plus rapidement suivis que les bons.

      Pour les 52 Kgs de drogue, sa sortie est inadmissible et cet homme qui est soupçonné n a pas pu agir seul. Quant au maintien de celle ci au sein du 36 quai des orfèvres c est scandaleux. André a raison

      Alain

      Supprimer
  8. Ce qui est choquant, ce n'est pas que quelques flics soient ripoux, que des politiques le soient aussi, que des juges également, tout comme des journalistes...
    Ce qui est choquant, c'est que d'un bout de la chaîne à l'autre, il n'y ait, apparemment, personne de propre, d'intègre, de suffisamment lucide pour voir où nous mènent toutes ces déviances.
    A force de voir et d'entendre tous les jours, et à tous les niveaux, même ceux de l’État, des "affaires" de malversation, de tricheries, de mensonges, de vols, de fraudes, de déni de la légalité...on finit par banaliser toutes ces déviances et ce qui était anormal et répréhensible finit par entrer dans les mœurs et devenir la norme. Et cela vaut aussi pour l' homosexualité, pour la théorie du genre, pour toutes les autres anomalies que l'on nous fait entrer par tous nos pores, à la télé, dans les journaux, dans les films afin de bien nous en imprégner pour que nous finissions par l'avaler.
    "Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark" nous disait Hamlet.
    Je crois, hélas, que la pourriture a contaminé la France.
    L'Indien.

    RépondreSupprimer
  9. L'ordre est devenu le désordre,la justice est devenue l'injustice,la politique autrefois chose publique est devenue un proxénète qui rackette les "sans dents"...
    Mais nous,nous assistons impuissants et nous continuons à être des vaches à lait!!
    "À force de tout voir,l'on finit par tout supporter,
    À force de tout supporter,l'on finit par tout tolérer,
    À force de tout tolérer;l'on finit par tout accepter,
    À force de tout accepter,l'on finit par tout approuver"
    disait Saint Augustin.
    Fleur de lys.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il apparaîtrait que depuis Saint Augustin, la continuité est assurée....
      Ses réflexions, de même que les vôtres sont très justes. J'ai bien peur que cela demeure.

      Monique

      Supprimer
  10. Mon constat est que nos avis se rejoignent quand à l inquiétude grandissante sur le fait que nous ne savons plus à qui nous fier, en qui avoir confiance, même dans nos grandes institutions, la réalité des faits est bien là. Tout nous parait être des échecs quant à penser que tout cela dure depuis St Augustin nous ne sommes pas près d en voir la fin. Merci à Tous. BBR

    RépondreSupprimer
  11. « Je jure d’obéir à mes chefs en tout ce qui concerne le service auquel je suis appelé, et dans l’exercice de mes fonctions, de ne faire usage de la force qui m’est confiée que pour le maintien de l’ordre et l’exécution des lois. »
    Ce serment, je l’ai prononcé en 1969, devant le tribunal de Valence (26). Je n’ai jamais oublié le moindre mot, et le sens de ce serment.
    Je ne veux en aucun cas excuser le comportement de mes collègue de « l’autre poulailler », mais lorsque l’on travaille sur le fil du rasoir, et que l’on voit combien et comment se gavent sans vergogne, ceux qui nous gouvernent, je comprends, sans cautionner certains comportements.
    @

    RépondreSupprimer